Arthur Brown & Kingdom Come

Auteur: Arthur Brown & Kingdom Come
Année: 1968, 1971, 1973
Pays: Royaume-Uni
Rating: 3.40/5 (5 votes)
3.5 Who rated what?
Audio list — 4 audio files from one album
Arthur Brown ? Un artiste un peu illuminé découvert dans un excellent documentaire (Rock Family Trees) sur Yes et ELP, Carl Palmer d'ELP ayant joué dans le groupe de Brown. L'album The Crazy World of Arthur Brown date de 68, mélange belles mélodies suaves avec des expérimentations un peu folles, du blues, de la soul et des éléments funky dans une atmosphère psychédélique qui le rapproche plus ou moins du courant proto-prog. Incontournable.

Au début des années 70, il monta le groupe Kingdom Come qui sortit trois albums, dont l'excellent Galactic Zoo et le très bon Journey. Il ne restera finalement dans les mémoires que pour un seul tube, Fire, sur l'album de 68, mais Brown est resté fidèle à son public et tourne inlassablement depuis cette époque, mélangeant nouvelles compositions de ses albums solo récents et reprises de ses meilleurs morceaux allumés, le tout avec force costumes et mises en scène. Un artiste qui ne se prend pas au sérieux, c'est suffisamment rare pour être signalé !

Related playlists: Space rock, Psychédélique, Blues, Soul, Ovni, Proto-prog, Second degré, Funky, Pépites
 

Interpose

Auteur: Interpose
Année: 2005
Pays: Japon
Rating: 4.00/5 (2 votes)
4 Who rated what?
Audio list — 1 audio file from one album
Interpose (ou Interpose+) est un groupe de prog qui s'est formé en 1986 et a participé à divers projets, mais n'a lancé son premier (et seul à ce jour) album, Interpose+, qu'en 2005 !

Aux claviers, Ryûji Yonekura, un nom à retenir (désormais membre de The Earth Explorer). Son style est clairement inspiré des années 70. Le chant, quant à lui, est typique de la pop japonaise des années 80-90, rien de tel que d'aussi délicieux anachronismes pour un album si récent. L'intégralité du contenu est hautement recommandable, avec une accessibilité quasi-immédiate et peu de chances de s'en lasser rapidement.

Un groupe encore méconnu bien qu'il soit aujourd'hui distribué en Occident par la vénérable maison Musea. Allez jeter un oeil au site officiel d'Interpose, vous y trouverez d'autres extraits de leur album.

Related playlists: Pop, Rock progressif, Exotique, Sirène
 

Luna Sea

Auteur: Luna Sea
Année: 1996, 1994
Pays: Japon
Rating: 5.00/5 (2 votes)
5 Who rated what?
Audio list — 2 audio files from one album
Je dois vous l'avouer, au début des années 90, je n'écoutais que de la musique de dessins animés japonais. L'un de ces derniers utilisait une chanson de X Japan qui m'a fait m'intéresser par la suite au rock japonais, et bien plus tard encore, au rock occidental.

Parmi ces groupes de rock japonais avec des messieurs costumés, mon préféré était sans doute Luna Sea, dont les six albums étaient tous des incontournables du genre. Le groupe a splitté au début des années 2000, et la plupart de ses anciens membres font des merveilles en solo ou dans d'autres groupes (je vous recommande notamment tous les travaux solo du guitariste Sugizo, ainsi que Fake, le nouveau groupe d'Inoran).

Mais ma chanson préférée du groupe est indubitablement Ray, face B ultra-planante d'un single sorti en 1996. Qu'est-ce que j'ai pu écouter ce machin dans ma jeunesse ! Quant à Genesis of Mind, encore un bon exemple de l'incarnation du prog des années 90 au Japon, un morceau en deux parties qu'on se surprend à se passer en boucle... Si vous aimez ces deux extraits, vous aimerez probablement aussi tous leurs albums, même si les chansons y sont souvent plus courtes, elles descendent rarement en dessous des 4 à 5 minutes et prennent le temps d'installer leurs ambiances...

Related playlists: Pop, Rock, Metal progressif
 

Asturias

Auteur: Asturias
Année: 1990, 1989
Pays: Japon
Rating: 5.00/5 (6 votes)
5 Who rated what?
Audio list — 2 audio files from one album
Accompagné de transfuges de Shingetsu et d'autres groupes de prog japonais, le musicien Yô Ôyama crée le groupe Asturias et lance en 1988 son premier album, Circle in the forest, qui se conclut sur un magnifique morceau-fleuve de folk bucolique. Deux ans plus tard, il réédite la même formule et le même exploit avec l'album Brilliant Streams, qui, et c'est le moins qu'on puisse dire, est définitivement brillant. Etrangement, la même année, Mike Oldfield sortait son excellent Amarok, dont le nom provisoire était Ommadawn 2... Eh bien le voici, cet Ommadawn 2 alternatif, et il nous vient du Japon.

Après un Cryptogam Illusion un poil moins inspiré, Asturias met un terme à sa carrière... Provisoirement, puisqu'Ôyama revient sur les devants de la scène au XXIème siècle avec une formation réduite et sous le nom d'Acoustic Asturias. Deux albums sont déjà issus de ce groupe et, si la longueur et l'originalité des morceaux n'est plus vraiment là, on a toujours droit à un folk de haute tenue.

A la suite d'une rencontre fortuite, Ôyama a désormais droit à un site web officiel en anglais, créé par mon ami Miguel Samiez. Que je remercie au passage pour m'avoir fait découvrir cet artiste au talent immense !

Related playlists: Folk, Sirène, Progressif, Médiéval, Bucolique, Neo-prog, Pépites
 

X Japan

Auteur: X Japan
Année: 1993
Pays: Japon
Rating: 3.00/5 (2 votes)
3 Who rated what?
Audio list — 1 audio file from one album
La fin des années 80 apporte la popularité au heavy metal. On le doit principalement à Buck-Tick (le plus régulier de tous, on leur doit une trentaine d'albums dont 14 albums studio depuis 1986) et X Japan (1988-1997).

Ahh, ce chanteur a la voix rocailleuse comme on n'en fait plus... Toshi était vraiment assez pathétique, mais bon, il était jeune, tout ça. X Japan, c'est un groupe de jeunes tarés qui se maquillaient et se déguisaient comme Kiss mais en pire, et qui ne manquaient pas d'ambition. Le pianiste et compositeur principal, Yoshiki, est devenu depuis un richissime producteur.

Le guitariste principal, hide, était une sorte de dieu vivant de la guitare et du styyyyle à l'époque où j'écoutais beaucoup ce groupe. Puis il s'est donné la mort dans des circonstances mystérieuses (il s'agit peut-être d'une mort accidentelle), mais comme il est mort à l'âge du Christ, c'était finalement logique, pour un dieu vivant. Enfin, mort.

Pour en revenir au groupe, ils ont commencé très heavy puis ont évolué vers le power metal et le speed progressif (notamment sur le mini-album "Art of Life", un seul morceau, une demi-heure), pour finir romantiques maudits dans un coin. On a peine à imaginer le culte que vouaient à X les Japonaises prépubères, elles remplissaient les stades pour eux et auraient rendus pâles de jalousie tous les Madonna et Yvette Horner de notre bel Occident.

Pour l'anecdote quand même, votre serviteur fut le premier à retranscrire sur son site l'intégralité des paroles des chansons du groupe. C'était en 1996, il était jeune il crevait de faim, et, oui, le monsieur n'avait probablement rien d'autre à faire de ses journées.

Edit 30 juin : histoire de voir à quel point X-Japan n'est plus que l'ombre ridicule de lui-même et combien ses membres (et pire, ses fans !) ont perdu tout contact avec la réalité : http://forum.cyna.net/index.ph...topic=2110.msg251900#msg251900

Related playlists: Metal progressif
 

PYG

Auteur: PYG
Année: 1972
Pays: Japon
Rating: 4.00/5 (2 votes)
4 Who rated what?
Audio list — 1 audio file from one album
La fin des années 60, coïncidant avec la Beatles Mania, correspond au Japon au boom des groupes de rock. On appelle ça l'ère "Group Sounds". De nombreux jeunes se réunissent dans leur garage et jouent des morceaux inspirés des Beatles voire du rock psychédélique. Le tout mélangé aux mouvements estudiantins protestataires. Ca se dit, ça ?

Toujours est-il que les plus célèbres et les plus représentatifs de cette période sont les Tigers et les Spiders. Après la séparation de ces deux entités, leurs leaders respectifs joindront leurs forces et créeront le premier supergroupe japonais, PYG, en 1971.

Le temps de sortir quelques 45 tours (notamment le générique d'une série d'Ultraman), ainsi qu'un premier album solo formidable de pop-rock psychédélique hésitant entre la pop japonaise des années 60 et les débuts du rock progressif, et c'en était presque déjà fini. Nous sommes fin 1972 et le groupe se sépare amicalement pour poursuivre d'autres projets. Un album live sortira également dans la foulée, et quelques décennies plus tard, un best-of tout à fait recommandable. Je vous recommande cela dit plutôt l'album éponyme, plus homogène dans sa construction, ne serait-ce que pour sa drôlatique jaquette.

Le chanteur, Kenji Sawada, surnommé Julie à l'époque (en hommage à Julie Andrews dont il est secrètement amoureux), a depuis fait une prestigieuse carrière solo. Il a même sorti un disque en France ! Il jouit également d'une belle réputation au cinéma, où il interprétait notamment le père de famille dans le drôlatique Katakuri-ke no kôfuku (la Mélodie du Malheur) de Takashi Miike.
 

Far East Family Band

Auteur: Far East Family Band
Année: 1976
Pays: Japon
Rating: 3.50/5 (2 votes)
3.5 Who rated what?
Audio list — 1 audio file from one album
Voilà, alors ça, c'est du folk prog/new age à la japonaise. Ca vous la coupe. Non ? Alors les membres, peut-être ? FEFB était produit par le vénérable Klaus Schulze (auteur de Timewind notamment), et composé entre autres par Fumio Miyashita et Masanori Takahashi.

Le premier se fera vaguement connaître auprès des anime-fans dans les années 80 en composant notamment les bandes-son du film Hi no tori : Hôô-hen et des deux OAV qui l'ont suivi, Hi no tori : Yamato-hen et Hi no tori : Uchû-hen. Ces adaptations du Phénix d'Osamu Tezuka font partie des perles méconnues que je me fais un plaisir de faire découvrir depuis une dizaine d'années à tous les amateurs de l'artiste. Les musiques en particulier du chapitre Yamato-hen sont à tomber par terre, pour les amateurs de new age. Malheureusement, Miyashita nous a quittés il y a quelques années.

Quant à l'autre, Masanori Takahashi, il a par la suite pris le pseudonyme de... Kitarô, et est devenu une sorte d'empereur du synthétiseur et de la musique new age. Vainqueur de nombreux prix (notamment aux Grammy), il a fait une flopée d'albums très recommandables, mais encore une fois, je me souviendrai surtout de sa formidable BO du film d'animation Sennen joô (Princesse Millénium), sortie en CD sous le titre "Millennia". Il a aussi, accessoirement, travaillé (sur le très bel album "Dreams") avec Jon Anderson de Yes. w00t.

Related playlists: Space rock, Exotique, Synth
 

Susumu Hirasawa & Mandrake

Auteur: Susumu Hirasawa & Mandrake
Année: 1977, 1997
Pays: Japon
Rating: 4.00/5 (1 vote)
4 Who rated what?
Audio list — 2 audio files from one album
Le musicien Susumu Hirasawa s'est fait connaître du jour au lendemain en Occident pour avoir composé la (malheureusement fort courte mais très marquante) bande originale de la série TV animée Berserk (1997). Hirasawa n'en était pourtant pas à ses premiers pas dans le prog-ambient... En fait, 25 ans auparavant, il jouait avec des copains dans le groupe Mandrake, inspiré de Yes et King Crimson ! La popularité actuelle de Hirasawa aidant, on a pu voir sortir deux albums (un studio et un live) enregistrés en 1977 par le groupe, mais jamais édités commercialement auparavant. Ecoutez-moi ça, c'est tout bonnement... fascinant pour l'époque et le pays. Et, oui, c'est bien la voix de Hirasawa, pour ceux qui se souviennent de lui dans les films de Satoshi Kon (Paprika, Millennium Actress, Paranoia Agent)...

Voir aussi le site officiel de Susumu Hirasawa.

Related playlists: Rock progressif, Electro, Dark, Progressif, Anime soundtrack