Post reply

Warning: this topic has not been posted in for at least 120 days.
Unless you're sure you want to reply, please consider starting a new topic.
Name:
Email:
Subject:
Message icon:

Verification:
Type the letters shown in the picture
Listen to the letters / Request another image

Type the letters shown in the picture:
Désolé pour toutes ces questions... Les spammeurs sont de plus en plus pénibles. Quelle est, traditionnellement, la couleur du cheval d'Henri IV ? Indice : il est Black.:
Tapez "zen" puis "douze" en chiffres (trois lettres et deux chiffres, donc):

shortcuts: hit alt+s to submit/post or alt+p to preview


Topic Summary

Posted by: Nao/Gilles
« on: 5 April 2007 à 21h15 »

Auteur: Serge Gainsbourg
Année: 1967
Pays: France
Rating: 3.50/5 (2 votes)
3.5 Who rated what?
Audio list — 1 audio file from one album
Obscur auteur/compositeur/interprète français qui est passé inaperçu dans notre beau pays. Ou alors c'était totalement à mon insu. Ses albums les plus réputés sont sortis dans les années 70 ("Histoire de Melody Nelson", "L'homme à la tête de chou"...), mais il ne s'est jamais vraiment "essayé" à la prog. Par contre il a essayé un peu tout le reste. (C'est moi ou il y a un sous-entendu sexuel là-dedans ?)

:
:
Je n'avais qu'un seul mot à lui dire (3:04)
3.5
3.50/5 (2 votes)

Serge Gainsbourg - Auteur: Serge Gainsbourg - Année: 1967 - Pays: France
- En 1967, Serge Gainsbourg signait la musique du téléfilm Anna, avec Jean-Claude Brialy et Anna Karina. C'est là qu'on entend par exemple pour la première fois son fameux Sous le soleil exactement ou encore Roller Girl. J'aime particulièrement la fin douce-amère du téléfilm, avec son instrumentation typique de l'époque : c'est de la pop psychédélique, façon proto-prog du All you need is love des Beatles, de la belle mélodie et tout ce qu'il faut de pompeux pour que la plupart des gens trouvent ça sans intérêt. Donc c'est indispensable, ne serait-ce que pour entendre Brialy nous prouver qu'il n'est pas fait pour la chanson. Par contre, comme acteur, rien à redire. Le morceau s'appelle Je n'avais qu'un seul mot à lui dire et on va le crier tous ensemble : on t'aime ! Et ne vous fiez pas à ses vingt premières secondes, c'est l'arbre qui cache la forêt qui suit...